Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Vie de l’association > Ciné-discussion « L’Ivre de vie ». Projection et discussion, participation de (...)

Ciné-discussion « L’Ivre de vie ». Projection et discussion, participation de la 4acg à cette soirée organisée à Vic-le-Comte (63), le samedi 28 mai 2022

mercredi 8 juin 2022, par Paul Henri , Philippe Chevrette

Version imprimable de cet article Version imprimable

JPEG

Soirée chaleureuse à l’image du protagoniste de ce film réalisé par Philippe Chevrette. C’est le portrait sans fioritures du militant syndicaliste, politique et associatif, Jacques Folliguet qui habite actuellement à Saint-Rémy de Chargnat (Puy-de-Dôme). Né en Haute-Savoie, ce fils d’un postier de village a grandi au Pied du Mont Blanc. Écolier, étudiant à Chamonix, il devient instituteur dans une petite école de montagne en 1957.

À l’âge du Service Militaire, il se retrouve en pleine guerre d’Algérie. Années douloureuses pour le jeune Savoyard et autour desquelles tournera le débat après le film. En évoquant cette période, Jaques Folliguet n’a pu retenir quelques larmes après un silence révélateur. C’est une forme d’amnésie traumatique qui s’est emparée de lui lors d’une partie de son service en Algérie, notamment à la découverte de la misère chez les enfants et la population de ce pays qui était encore une partie de la France. Un grand trou noir s’est installé en lui et s’est prolongé un moment lors de son retour dans sa profession d’enseignant. Durablement blessé moralement, il s’en sortira par l’engagement sous toutes ses formes. Le film nous le montre lors de manifestations pour empêcher la fermeture des écoles ou des hôpitaux (années 60 déjà !) mais également lors de meetings et mouvements syndicaux ou politiques et les divers conflits d’usine. Enfin, comme si ce n’était pas assez, on voit le bénévole sur le terrain en Haïti et d’autres pays où son association Solidarité Laïque intervient, principalement auprès des populations de jeunes et des enseignants, sans oublier toutes ses années de visiteur de prisons…

Le débat qui suivit fut animé par Philippe Chevrette. Il évoque dans quelle condition il a réalisé son deuxième film en précisant qu’il n’aurait jamais pu le mener à bien sans la générosité de donateurs dans le cadre d’un financement participatif. Il a aussi remercié les membres de son équipe. Yaser pour le montage, Bernard pour le montage son, Marie pour le graphisme et la communication, enfin Téofilo Chantre auteur-compositeur, qui a écrit et composé pour Césaria Evora, qui signe la chanson du générique.

Enfin, Jacques Folliguet a répondu aux questions de la salle avant d’évoquer son adhésion à l’association 4ACG . Gérard Martin, correspondant régional 4acg Auvergne évoque les valeurs de celle-ci.

La 4ACG réunit anciens appelé en Algérie et leurs amis. Elle refuse la violence et la guerre comme moyens de résolution des conflits. Par le biais des reversements des pensions militaires des anciens appelés d’Algérie et des cotisations d’adhérents, elle finance des opérations de développement, en particulier en Algérie, mais aussi en Palestine. Elle éveille la vigilance des jeunes dans les collèges et lycées par un travail de mémoire et de transmission. Son slogan la définit bien :

Nous refusons la retraite du combattant pour nous-même. Que notre pension serve la paix !

Paul Henri