Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Actualité, presse, autres associations > Patrick Beaudouin, président de la Ligue des droits de l’homme : « mettre fin (...)

Patrick Beaudouin, président de la Ligue des droits de l’homme : « mettre fin à l’insoutenable »

mercredi 29 novembre 2023, par Michel Berthelemy

Patrick Beaudouin, président de la Ligue des Droits de l’Homme, s’adresse aux institutions internationales pour « mettre fin à l’insoutenable »

La liste des victimes, parmi lesquelles des enfants, des femmes et des vieillards, s’allonge inexorablement chaque jour, à Gaza et aussi en Cisjordanie.

Certes l’inhumanité des actes à caractère terroriste commis par le Hamas permet à Israël traumatisé dans son existence même d’invoquer la légitime défense. Mais cette notion, qui suppose une riposte proportionnée, n’autorise nullement le recours à une violence elle-même inhumaine dictée par une vengeance aveugle.

Les bombardements à Gaza – « un déluge de fer, de feu, de sang » selon le journal Le Monde – frappent indistinctement les populations civiles, entraînant la mort de milliers d’innocents ; les hôpitaux ne peuvent plus fonctionner ; les infrastructures nécessaires à la vie quotidienne sont massivement détruites ; et malgré un début d’aide au compte-gouttes, les habitants demeurent privés d’eau, d’électricité, de carburant, de nourriture, de médicaments.

La situation humanitaire est d’autant plus catastrophique que les organisations internationales sont entravées dans leur capacité d’apporter aide et secours. La tragédie gazaouie ne doit pas en outre occulter l’aggravation des tensions en Cisjordanie où la violence des colons, appuyés par l’armée d’occupation israélienne, a déjà provoqué la mort d’au moins deux cents Palestiniens, sans compter la multiplication des arrestations et internements arbitraires dont ceux-ci sont victimes.

La priorité absolue est de mettre un terme à cette accumulation d’horreurs insoutenables. Il est impératif de persister à réclamer sans relâche et avec une détermination accrue l’application pure et simple du droit humanitaire international supposant : la libération immédiate de tous les otages détenus par le Hamas, un cessez-le-feu avec la fin des bombardements et du déplacement forcé de la population, la protection de tous les civils en Israël, à Gaza, en Cisjordanie, la mise en place d’un corridor humanitaire largement ouvert pour les déplacements de personnes et le passage de tous les produits de première nécessité, la levée intégrale du blocus de Gaza.

D’ores et déjà, il y a lieu aussi, comme cela s’est fait rapidement en Ukraine, d’exiger que les responsables des atrocités commises soient poursuivis en justice.
L’impunité ne saurait continuer à prévaloir dans cette région du monde. La Cour pénale internationale (CPI), compétente pour juger les crimes de guerre voire les crimes contre l’humanité imputables à chacune des deux parties, est saisie de plusieurs plaintes déposées, et le Procureur Monsieur Karim Khan a affiché avec force son engagement en affirmant qu’au milieu de la fureur des règles d’humanité s’appliquent qui ne peuvent être transgressées.

Au-delà de l’urgence à obtenir la fin des hostilités, c’est dès maintenant le processus d’une paix future qu’il convient d’essayer de relancer. Le fondement doit en être le respect du droit international. Israël n’obtiendra jamais au mépris de ce droit et par le seul recours à la force la sécurité qui lui est due à l’intérieur d’un État aux frontières sûres et garanties.

La violence des uns continuera d’engendrer la violence des autres. Ce sont bien plutôt les résolutions des Nations unies qui doivent enfin être appliquées, avec notamment l’arrêt de la colonisation et le retrait par Israël des territoires occupés. Afin d’y parvenir, compte tenu du caractère illusoire d’une paix négociée entre les seuls protagonistes du conflit eux-mêmes, il est indispensable de voir intervenir la communauté internationale.

L’ONU semble commencer à sortir de son impuissance avec d’abord le vote d’une résolution de l’assemblée générale exigeant une trêve humanitaire, puis une décision du Conseil de Sécurité allant enfin dans le même sens, et aussi la volonté manifestée par le Secrétaire général António Guterres de peser sur les protagonistes en leur rappelant qu’ « aucune partie à un conflit armé ne peut se considérer au-dessus du droit international ».

L’Union européenne dispose également de divers moyens de pression pour enrayer une surenchère meurtrière. Toutefois, chacun sait que la puissance déterminante pour contraindre Israël à abandonner la seule logique de la force et à retrouver le chemin de la négociation demeure les Etats-Unis dont le président paraît infléchir ses prises de position initiales d’un soutien inconditionnel à Israël.

C’est cette même position unilatérale qu’a affichée dans un premier temps le président français, qui a ensuite multiplié les maladresses pour finalement rendre sa politique illisible et se trouver discrédité sur la scène internationale. Une telle absence de cohérence et d’équilibre s’est avérée d’autant plus dommageable que le conflit au Proche-Orient a, comme à chaque escalade de la violence, des répercussions sérieuses à l’intérieur même du territoire français sur lequel se trouvent la plus importante communauté juive après les États-Unis ainsi qu’une nombreuse population arabo-musulmane.

Tout doit être mis en œuvre pour apaiser et non exacerber les tensions.

À l’échelle internationale, cela suppose que la France fasse enfin entendre une voix claire et forte pour condamner sans sélectivité tous les crimes de masse commis, et en exiger la cessation, de même que de toutes les violations du droit international. La meilleure garantie pour l’existence et la sécurité d’Israël passe par la reconnaissance de droits équivalents pour les Palestiniens à disposer d’un État avec la cessation de l’occupation des territoires colonisés.

À l’intérieur de notre pays, cette même recherche de pacification suppose pour les autorités françaises de combattre avec une fermeté égale toutes les formes d’antisémitisme et de racisme, toutes les discriminations et tous les fauteurs de haine. C’est dans ce contexte que la LDH, prônant le dialogue, soutient et initie toutes actions et manifestations tendant à l’union et non à la division, en revendiquant le respect de droits équivalents pour les Israéliens et les Palestiniens, pour les Juifs et les Arabes.

Patrick Baudouin, président de la LDH

Source :

https://blogs.mediapart.fr/patrick-baudouin/blog/211123/mettre-fin-l-insoutenable

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.